mana kikuta

Cernes

Photographie
60cm×60cm

2015

Dans la série Cerne la photographie d’un monument est encadrée et re-photographié autant de fois que le monument est vieux en année. La trace abstraite que laisse la photographie d’origine nous met devant l’abysse de la tâche de commémoration: de quoi peut-on se rappeler ? “ Le problème n’est pas qu’on se souvient grâce aux photographies, mais qu’on ne se souvient que des photographies.” Écrit Susan Sontag dans Devant la douleur des autres. La première photographie de la série porte le nom de la mention écrite sur la stèle de commémoration du bombardement nucléaire qui a eu lieu le 6 août 1945 à Hiroshima : “ Reposez en paix car nous ne laisserons pas se reproduire la tragédie ” (“”). Une fois effacé par le dispositif photographique, le message laisse place à un mouvement infini de reproduction dont la photographie semble à la fois le meilleur représentant et en même temps le seul à pouvoir, en gardant le souvenir, en enrailler le cours.